Le Téfécé sabre le champagne et se donne un peu d’air !

Pas le temps de cogiter pour notre Toulouse Football Club après la déroute marseillaise de jeudi. Sans doute, comme le confiait Philippe Montanier en conférence de presse hier, le meilleur moyen de se laver la tête : remonter en selle directement. Qui plus est face à un adversaire de « notre championnat », une équipe bien connue de par notre aventure commune l’an dernier : l’AC Ajaccio.

Il régnait donc un parfum particulier aux abords du Stadium en ce premier « boxing day » version française : quelques effluves de fête mais aussi la nécessité impérieuse, déjà, de refaire tourner le compteur après 4 défaites consécutives.

Le mur de vœux 2023 installé par le club sur le parvis en atteste : les Violets et leur peuple avaient besoin de se rassurer au plus vite.

Un Téfécé quelque peu remanié qui allait opérer avec Sylla à droite, Diarra repositionné latéral gauche et la surprise du chef : Ado Onaiwu titularisé en pointe, pour la première fois depuis fort longtemps. Un pari osé et une vraie marque de confiance pour le buteur nippon, jusque-là plus habitué à des bouts de matches. Autre invité du jour : le vent d’Autan, dont on espérait qu’il balayerait les doutes toulousains du moment.

Après un vibrant hommage au roi Pelé, qui faut-il le rappeler, était venu se produire au Stadium dans les années 60 avec Santos, le jeu pouvait démarrer, sans véritable round d’observation. Le premier gros frisson était à mettre au crédit des Violets avec une passe « laser » de VDB par-dessus le bloc ajaccien qu’Ado ne put reprendre de peu (9ème). On sentait d’emblée une équipe impliquée et appliquée et la récompense n’allait pas tarder à venir. VDB à la baguette servait Sylla sur le côté qui glissait lui-même à Chaibi, dont la frappe puissante en angle fermé venait fracasser le but corse. Joie de courte durée car une poussette fautive de Ratao invalidait ce premier but de l’année. Les incursions violettes étaient tranchantes et la mainmise sur cette première mi-temps totale. Ne manquait donc que la cerise ! Les velléités toulousaines, réelles et agréables à voir, se voyaient hachées par des Ajacciens qui se mettaient peu à peu à fermer le jeu, pas mécontents de rejoindre les vestiaires sans être menés. Ce qui relevait quelque peu du miracle, notamment après une main ajaccienne non sifflée pourtant flagrante (44ème). Un 0-0 rageant à la pause, tant les hommes de Montanier avaient mérité l’avantage.

Le football, on le sait, peut souvent se montrer ingrat. Mais il est aussi parfois juste et cohérent. C’est donc en toute logique que la domination violette voyait sa matérialisation dès l’entame, à la faveur d’un plat du bien « mbappien » de Ratao, qui, en inscrivant son 5ème but, délivrait enfin les meilleures tribunes du championnat, encore copieusement garnies cet après-midi.

Le Tef, assez peu inquiété, combinait parfaitement, avec un milieu très inspiré, un Sylla toujours remuant même à gauche. Les entrées conjuguées d’Abouklal, Dallinga et Birmancevic permettaient à VDB et Dejaegere de trouver d’autres circuits de passe qui mettaient régulièrement à mal l’arrière garde corse. Sur une nouvelle incursion côté gauche, Ratao, encore lui, avait tout loisir d’ajuster un amour de centre pour « Bibiche », qui comme souvent, esseulé au second poteau, ne tremblait pas dans le geste final. On respirait bien mieux et le public pouvait enfin souffler et entrevoir une victoire qui fuyait les nôtres depuis trop longtemps. Il s’en fallut de peu que Chaibi n’aggrave la marque après avoir dribblé Leroy. Deuxième but annulé pour le franco-algérien qui aura éclipsé l’astre Bellaili, très attendu mais décevant cet après-midi.

Le jeune Christian Mawissa, auteur d’une rentrée probante sur le flanc gauche pouvait prendre le micro pour un bizutage grandeur nature, et faire chavirer de bonheur le Virage Brice ! Une victoire méritée de nature à insuffler une nouvelle dynamique à ce TFC séduisant, audacieux et ambitieux que l’on aura vu cet après-midi ! On le sait bien : le plus dur avec les bonnes résolutions, c’est de les tenir ! Alors rendez-vous à Guingamp le week-end prochain pour une parenthèse Coupe de France avant la suite d’un mois de Janvier de la plus haute importance (Auxerre, Troyes et Brest au menu) !

Réactions du coach Philippe Montanier dans l’après match

On n’a pas concédé de but, on en a marqué deux, c’est plutôt une prestation satisfaisante. L’objectif, c’était de bien démarrer et surtout, ne pas lâcher. Continuer à mettre la pression sur Ajaccio pour les faire craquer, car on les savait performants à l’extérieur. C’est une performance athlétique ce soir. On est rentrés à 3h du matin de Marseille, vendredi matin. On a tout juste récupéré, à peine préparé le match, on voulait garder de l’énergie pour mettre beaucoup d’intensité pendant. À Marseille, on a quand même pris une claque. Il fallait montrer que les joueurs avaient du caractère et un mental très fort.

Please follow and like us:
Pin Share
+1
0
+1
1
+1
0
+1
0
+1
0
+1
0

Laisser un commentaire