Fabien Olicard, un homme qui a plusieurs cordes à sa harpe

Le tout juste quadragénaire, Fabien Olicard, humoriste, youtubeur, mentaliste, résolveur de casse-têtes, showman, auteur, rédacteur,… a accepté de nous accorder quelques minutes dans son emploi du temps ultra chargé entre son prime time et la bûche de Noël, à quelques jours de sa venue à Albi (81). En effet, celui qui a plusieurs cordes à sa harpe comme il dit, viendra débuter son spectacle “Archétypes” dans le chef-lieu du Tarn.

Romain, notre directeur de la rédaction a eu la chance de pouvoir échanger avec Fabien Olicard au lendemain de son prime time sur TMC dans “La Grande Expérience”.

Vous vous êtes intéressés très tôt au fonctionnement du cerveau humain, pouvez-vous nous dire pourquoi et comment vous êtes arrivés à vous poser ces questions ?

Quand j’étais petit, au primaire, ma mère s’est rendu compte que j’avais une capacité à retenir beaucoup plus facilement les choses grâce à ma mémoire photographique. On lui a dit que j’avais une mémoire eidétique, c’est à dire une mémoire absolue, au-dessus de la normale. Lorsqu’on est capable de retenir par cœur un très grand nombre de choses.

Je m’intéressais beaucoup à la magie et aux sciences. Tout ce qui concernait la magie me passionnait beaucoup. Un jour, j’avais 8 ans, nous étions en balade sur un vide grenier et je suis tombé sur un livre de magie, c’était « Cours Magica » de Robert Veno. Et le dernier chapitre parlait des forçages psychologiques, du mentalisme, du détournement d’attention, de la gestion psychologique d’un spectateur. Et je trouvais ça génial ! Je faisais des petites manips à ma mère et je n’arrivais pas à comprendre comment elle ne pouvait pas comprendre ce qu’il se passait. Pourquoi elle ne comprenait pas que j’avais deux cartes dans les mains. C’était incroyable ! Et c’est pour ça que j’ai commencé à lire, très jeune, des livres sur le cerveau pour savoir un peu comment c’était fait. Quel était le fonctionnement du cerveau humain.

Qu’est-ce qui vous a le plus surpris ? De quoi êtes-vous le plus fier ?

Ce qui m’a le plus surpris ce n’est pas vraiment une expérience de mentalisme c’est lorsqu’on m’a dit que les droits pour mon premier livre avaient été achetés pour l’adapter d’abord en Espagne puis en Allemagne mais en fait ça a été 16 pays en plus de la France qui ont acquis les droits de mes livres. Et comme ça a fonctionné plutôt bien, ces collaborations ont perduré sur mes autres ouvrages et de me dire que mon livre est disponible dans autant de langues ça c’est très impressionnant pour moi. C’est quelque chose que je n’aurais pas pu imaginer.

Mais bien entendu ce qui me rend très fier c’est d’avoir eu mon nom écrit en lettres rouges au-dessus des portes de l’Olympia et de voir ma mère et mon père au premier rang pour la dernière représentation de mon précédent spectacle “Singularité”. Mon père était très ému et fier de voir le nom Olicard sur le mur de cette salle emblématique qui a quand même vu des très grandes stars internationales et françaises. Ça aussi c’est quelque chose que jamais je n’aurais pu imaginer plus jeune. Cette dernière, signait aussi la fin d’une période difficile, cette date avait été plusieurs fois reportée à cause du covid et c’était l’aboutissement de cette énorme tournée et le début d’autre chose.

Vous êtes présents en librairie avec vos livres, vous avez sorti un spectacle interactif à la maison, vous proposez un magazine, des podcasts, une émission de télé que nous avons pu voir cette semaine (diffusée pour la première fois le mercredi 21 décembre 2022 sur TMC), mais aussi très présents sur les réseaux sociaux. Quelle corde manque-t-il à votre arc ?

C’est une très bonne question. Effectivement je suis un touche-à-tout. Je dirais que j’ai plusieurs cordes à mon har-pe tellement je commence à avoir de cordes. (Rires). En fait je souhaite faire découvrir mes connaissances au plus grand nombre et donc j’essaie de les rendre accessibles de par plusieurs modes de communication et supports. Oui cela fait une grande galaxie Olicard mais en fait on ne voit et on ne se souvient que de ce qui a marché mais par exemple j’avais sorti il y a quelques années un premier magazine qui n’avait franchement pas super bien marché et on a décidé de l’arrêter au bout de seulement quelques mois. Mais ça m’a appris quoi faire et comment faire pour le magazine Curiouz que j’ai sorti en mars 2020, juste avant le premier confinement. (Rires.) Finalement on va bientôt fêter les 3 ans du magazine. Et j’ai plusieurs exemples comme celui-ci de projets ratés et puis il y a eu aussi des tas de projets qui ont connu un beau succès et j’en suis heureux.

Hier soir était diffusé enfin votre prime time “La Grande Expérience” sur TMC. Bien que les 3 grandes expériences étaient incroyables, la plus bluffante selon moi était celle sur l’acrophobie (peur du vide et de la hauteur). Pouvez-vous nous dire comment vous avez pu réaliser cette expérience ?

Déjà il faut que je vous dise que l’émission d’hier soir (mercredi 21 décembre 2022) avait une concurrence sérieuse. [NDLR : Valérian et la Cité des mille planètes sur TF1, Les blagues de Toto sur M6]. Mais surtout que nous étions en plein dans les vacances de Noël, que sur TMC il y a juste avant le moteur de Quotidien qui est une émission phare tournant entre 1 et 2 millions de téléspectateurs mais que ce soir-là c’était une sorte de bêtisier avec moins de 350 000 téléspectateurs. En plus de cela “La Grande Expérience” a commencé à 21h25 et on sait très bien que lorsque tous les programmes commencent 25 à 30 minutes avant sur toutes les autres chaînes, ce n’est pas évident que les gens changent de programme en cours de route. On a fait 400 000 alors que j’en espérait plutôt entre 500 et 600 000 mais ce matin (jeudi 22 décembre) le directeur de TMC m’a appelé et ils étaient très contents car l’émission a fait de très bons chiffres sur les cibles qui avaient été définies et donc ils m’ont proposé de travailler sur autre chose donc on verra peut-être des nouvelles grandes expériences ou en tout cas Fabien Olicard à la télé.

L’expérience sur l’acrophobie m’a effectivement beaucoup bluffée. On avait décidé de mettre en place une fausse expérience avec un faux médecin et un faux médicament mais les patients étaient vrais. C’était 3 personnes qui avaient vraiment une énorme peur incontrôlée du vertige et du vide. Je voulais surtout mettre en évidence l’effet placebo qui consiste à donner un médicament ne contenant pas la substance active dans le but de démontrer l’efficacité de la molécule. Comme je savais que cet effet placebo fonctionnait dans 30% des cas, j’avais choisi de tester cette expérience avec 3 personnes mais jamais je n’aurais pu penser que cela fonctionnerait aussi bien et sur les 3. Ce qui m’a bluffé c’est lorsque j’étais tout en haut de la montagne à la fin du parcours de la via ferrata, je n’avais pas vu qui était parti ni si un ou plusieurs des participants avaient fait le parcours et puis j’entends une voix, puis deux, puis trois et je vois arriver les trois à 120m de haut. Même moi qui ne suit pas phobique, je n’étais pas à l’aise. J’ai su après que l’un deux, entre 2 expériences était monté à quelque chose comme 15 ou 20m de haut sur une nacelle lors d’un chantier pour changer des ampoules ou poser des choses au plafond alors qu’avant le début de l’expérience il en était parfaitement incapable.

Votre nouveau spectacle “Archétypes” sera sur la scène dès début janvier et vous serez le 13 janvier au Scénith de Albi (81) avant de revenir vers la fin de votre tournée le 20 juin à Toulouse.

L’idée du spectacle c’est de faire comprendre aux spectateurs qu’ils sont tous mentalistes eux-aussi. On fait tous du mentalisme quand on cherche à analyser quelqu’un d’autre, que l’on veut négocier un prix, quand on arrive à convaincre ses amis à venir nous aider à déménager un dimanche à 6h du matin ! Et dans mon show, je promets à chaque membre du public qu’il saura, à la fin, quel est son archétype de mentaliste. Évidemment c’est un prétexte aussi pour faire des numéros, pour bluffer tout le monde et pour amener les spectateurs à faire des choses eux-mêmes… C’est vraiment un truc qui me passionne : qu’ils constatent qu’ils sont capables de faire des trucs qu’ils pensaient possible qu’avec énormément de travail. Et surtout pour bien rigoler car il ne faut pas oublier que c’est avant tout un spectacle d’humour.

D’autant plus que ce sera la première fois que je me produirai à Albi. J’y suis déjà venu pour tourner des vidéos avec mes amis youtubeurs Tibo Inshape et Juju Fitcats. Ils m’avaient fait découvrir la ville. J’avais vraiment bien aimé et je me rappelle qu’on avait très bien mangé ! Je serais donc le 13 janvier prochain au Scénith de Albi, il reste quelques places donc si vous avez envie de passer un bon moment n’hésitez pas à venir.

Billetterie :  Tarif normal = 41 euros / Tarif réduit = 35 euros // placement libre
Réservations sur Festik.net et réseaux de vente habituels

Please follow and like us:
Pin Share
+1
14
+1
8
+1
2
+1
0
+1
0
+1
0

Laisser un commentaire