Entretien avec Floriane Caserio cheffe animatrice du film d’animation “Pil” actuellement au cinéma

Lors de la présentation du film « Pil » le réalisateur Julien Fournet était accompagné de Jean-François Tosti du studio TAT mais aussi de la cheffe animatrice Floriane Caserio. Cette dernière ayant travaillé avec l’équipe d’animation, nous accorde quelques mots où ressort la passion de son métier.

Bonjour Floriane, qu’elle a été votre réaction quand Julien Fournet vous a présenté le projet « Pil » ?

Honnêtement, j’étais fan car j’adore l’univers médiéval/fantastique. Cela me parle beaucoup car je lis énormément de livre fantastique. D’avoir le premier projet médiéval/fantastique au studio TAT cela a motivé de nombreuses personnes. Ce personnage de Pil complètement espiègle. En fait il y a toute une galerie de personnages attachants. De plus quand Julien nous a pitché l’histoire la première fois, il jouait les personnages. Il nous faisait les voix et les gestes en nous plongeant dans l’univers durant près d’une heure. Il vivait tellement les personnages qu’on s’y croyait. On a tous eu envie de travailler dessus.

L’animation d’un personnage est importante pour lui donner vie et surtout le regard qui en dit long ?

Oui, chaque personnage a une identité qui lui est propre. En termes d’animation il a un visage qu’on appelle « Caractère design ». Son visage va réagir et ses yeux vont s’ouvrir d’une certaine façon. Typiquement Pil on la trouve jolie quand elle a les yeux assez ronds.

Cela a été une consigne de Julien qu’elle est la plupart du temps les yeux ronds. Il faut la rendre attachante, déjà Pil a le visage assez rond. Il fallait des expressions où on a envie de s’attacher à elle et non l’inverse. Par exemple, même quand elle fronce les sourcils il ne faut pas qu’on la trouve méchante mais malicieuse. Il faut vraiment qu’on sente l’espièglerie du personnage. Cela se joue dans les expressions mais aussi dans les dialogues. On travaille sur des dialogues et on a des acteurs témoins ou parfois les voix définitives. Les voix transmettent des émotions.

Et donc vous pouvez faire correspondre ces voix avec l’animation des personnages ?

Oui c’est tout à fait ça, on travaille toujours à l’aide de voix. Le film a été près monté avec des dialogues et nous avons le plan animé qui existe déjà de manière dessinée. On a les voix des acteurs qui font passer tous les sentiments dans leurs voix. On entend les respirations des acteurs. Cela nous aide à animer le personnage et à le rendre crédible. Si le personnage a l’air joyeux dans la voix, on va l’animer de manière joyeuse. Si on entend une respiration, on va jouer cette respiration à l’image. On a plusieurs éléments qui nous aide à créer une animation de manière juste et en raccord avec la voix, les consignes du réalisateur ainsi que les différentes indications qu’on nous a donné.

Il y a une coopération entre l’équipe d’animation et le réalisateur. Est-ce que parfois vous lui dites : « Oh non ça ne passera jamais », ou encore « Tu devrais faire ça ».

En fait ça arrive. Il y a vraiment une discussion, peut importe les équipes d’ailleurs. Le réalisateur arrive avec ses idées. Il a envie qu’on retransmette telle ou telle chose dans les différents plans. Il a une vue de chaque partie, mais quelque fois nous en connaissant le côté technique on va lui dire : « Ah mais là c’est peut-être un peu compliqué », ou bien « ce mouvement ne vas pas être très clair ». On a l’habitude de travailler les silhouettes du personnage.

Ce ne sera pas assez fluide ?

Oui, voilà on a notre expertise technique qui va nous permettre de proposer : « Ecoutes j’ai une suggestion et je pense que ce sera plus clair de cette façon ». C’est donc un échange avec le réalisateur. La plupart du temps c’est très open. Les animateurs donnent leurs idées et si ça plait au réalisateur on part dessus.

Qu’est-ce qui vous plait dans le métier de cheffe animatrice ?

J’ai été animatrice pendant plusieurs années et j’aime l’animation, le fait de donner vie aux personnages. Cheffe animatrice c’est vraiment faire le lien entre l’idée du réalisateurs et les équipes. Le réalisateur ne peut pas être derrière 30 personnes. Nous on fait l’intermédiaire entre les animateurs et le réalisateur. On encadre les animateurs pour les aider dans l’évolution d’animation.

Parfois ils se retrouvent confrontés à des problèmes techniques ou des soucis comme : « Ah je n’arrive pas à faire passer tel sentiment. Comment toi tu ferais pour le faire passer » ? C’est plus le background d’animation qui rentre en jeu à ce moment-là. Mais on est vraiment sur plusieurs terrains : à la fois l’animation, le management d’équipes et à la fois la partie la plus importante faire le lien avec le réalisateur et être sûr qu’on arrive à retranscrire ce que voulais le réalisateur.

 

Vous vous mettez dans la peau d’un personnage à quel point ?

A vivre avec le personnage (rires collégiaux). Je vous donne un exemple, mon personnage doit être triste alors je fais comme lui je prends sa tristesse fait des mimiques tristes et regarde le résultat pour faire un copier-coller sur le personnage. On le fait tellement souvent répétant la même scène pour atteindre l’expression juste qu’on le vit et que ça m’est arrivé de rentrer chez moi encore dans la peau du personnage et d’être toute triste.

Hâte d’avoir des retours de la sortie de « Pil » ?

Oh oui vraiment hâte, de savoir si ça plait aux gens et surtout aux enfants.

Envie d’un cinéma en famille ce weekend ?

“Pil” et tous ses compagnons sont actuellement au cinéma !!!

Please follow and like us:
Pin Share
+1
0
+1
0
+1
0
+1
0
+1
0
+1
0

Laisser un commentaire