Confidences du diamant pur Alix Bénézech.

Venus Noire, le fantôme de l’opéra, Nina, Mission impossible Fallout, tous ces noms de films ont un lien en commun. Et oui, la sublime et talentueuse comédienne Alix Bénézech a joué dans chacun de ces projets. Cette perle rare poursuit son chemin et n’arrête pas de briller.

Écrire, raconter des histoires, jouer la comédie, c’est le rêve de beaucoup de personnes. C’est parfois aussi une façon de transmettre ce que les mots de tous les jours ne disent pas. Gaëlle, notre rédactrice en chef a été émue et touchée par le personnage de Dorothée dans la série Nina sur France 2. Et celle-ci a eu le plaisir de discuter en toute simplicité avec elle.

Alix, vous êtes une jeune femme aux milles facettes (théâtre, cinéma , séries et téléfims). Que vous apporte ces différentes cordes ? Est ce pour vous une façon d’exprimer ce que les mots de transmettent pas ?

C’est une question très intéressante car on ne me la pose pas souvent. Petite, je voulais devenir écrivain, j’adorais raconter, créer et faire des spectacles comme beaucoup d’enfants. Au lycée, j’ai continué en prenant l’option théâtre et en persévérant.

Et petit à petit, d’opportunités en opportunités, j’ai pris plaisir et la passion s’est transformée en un métier. Mais vous avez raison, chaque rôle que je joue, me permet d’exprimer mes pensées, mes doutes…
On a parfois du mal à s’exprimer dans la vie de tous les jours et ce métier permet de créer cette liberté sans filtre.

La vie nous amène à ça, ma vie est indissociable de mon travail. J’ai vraiment eu de la chance car ma vie m’a mené sur les bons chemins.

Vous avez débuté, il y a 10 ans, avec Vénus Noire et le Fantôme de l’opéra. Quel a été le déclic pour commencer ?

Au départ, j’ai commencé comme beaucoup de monde avec des rôles de figurants. Je me souviens de ces expériences, car les personnes avec qui je travaillais me disaient « vous n’êtes pas que de simples figurants, ni le décor de fond. Vous êtes aussi important les uns que les autres »

J’aime raconter des histoires depuis toute petite, j’ai une imagination débordante. J’ai été formée à l’impro grâce au théâtre que j’ai fait durant mon cursus scolaire. J’aime aussi respecter le script, ceux sont deux méthodes différentes mais qui permettent une ouverture d’esprit à leur manière.

Cependant, c’est devenu concret avec le fantôme de l’opéra, j’avais le rôle principal, j’avais quelques choses à transmettre.

J’ai eu la chance de jouer des rôles avec des événements similaires à mon vécu. C’est plus facile de ce fait d’appréhender les personnages.

Cela fait 4 saisons que le webtoulousain suit les aventures de Nina sur France 2. Vous jouez le rôle de Dorothée. Racontez nous son histoire ?

Au début de la série, elle est jeune stagiaire et ce n’était pas évident pour elle de s’intégrer dans ce monde si brutal. Dorothée était pleine d’innocence, elle ne voyait pas le mal. La production de Nina est vraiment super, elle m’a permis de développer et faire grandir Dorothée.

Il semblerait qu’une ambiance familiale règne sur le plateau, est ce vrai ?

C’est plus qu’une équipe de travail, c’est aussi une grande famille. On a grandi tous ensemble, on passe beaucoup de temps ensemble durant les 6/8 mois de tournage. C’est un plaisir de se retrouver à chaque tournage. Il y a une osmose au sein de ce groupe, tous les comédiens s’impliquent humainement. La production nous fait participer en nous demandant notre avis sur telle ou telle chose. Ils écoutent nos propositions, nos envies.

2018, c’est la bascule à l’internationale, c’est l’aventure « Mission impossible Fallout ». Comment vous à t’on proposé le rôle ? Est ce un rêve qui devient réalité ?

Effectivement c’était un rêve de faire un « mission impossible » mais aussi un objectif. C’est vraiment une opportunité et un cadeau de la vie.

Ce n’est pas ma 1ère expérience internationale, j’ai fait partie du casting du film « La vie nous appartient » d’Alex K. Lee. C’est un magnifique film dramatique autrichien. Je jouais le rôle de Sarah, une adolescente qui se lie d’amitié avec un adolescent par le biai d’internet. C’est un film tourné comme un Road Movie, racontant l’histoire de ces jeunes unis par leur mal-être. J’ai aussi participé au court métrage « Juliet » qui a été présenté dans une multitude de festivals nationaux et internationaux. Je suis donc fière d’avoir jouer dans Mission impossible Fallout. C’est pour moi, une reconnaissance de mes diverses expériences. J’étais certes intimidée de jouer avec un tel acteur. Mais Tom Cruise est d’une simplicité, d’un naturel qui met à l’aise. Il m’a accueillie comme les autres acteurs de l’équipe. Tom Cruise voulait rendre hommage à Paris, lui redonnait ces lettres de noblesses après les terribles attentats dont elle a été vicitme.

Avec votre prochain rôle dans « Pygmalionnes », j’ai l’impression que vous êtes aussi une femme engagée. Est ce vrai ?

J’ai grandi dans un milieu ouvert, littéraire pas dans le jugement mais plutôt dans la compréhension. Je prend plus de plaisir à donner plutôt qu’à recevoir. Ce metier me permet de grandir. Je suis contente de cette mouvance féminine dans ce métier. ce film va au-delà du documentaire, onze femmes (actrices, réalisatrices, productrices… témoignent sans filtre sur leur expérience dans ce monde.

Quelles sont vos dernières actualités ?

Nina (5è saison) est actuellement diffusée sur France 2, la sixième saison est en tournage. Le film documentaire « Pygmalionnes » de Quentin Delcout sortira le 22 janvier 2020. D’autres actualités sont en cours de validations, mais rien ne peut être dévoilé pour le moment

l’impro et le respect du texte ne lui font pas peur. Alix est une perle rare qui aime travailler pour le métier de sa vie. Elle est d’une douceur et d’une humilité à toute épreuve. Quel plaisir d’avoir sur le devant de la scène nationale et internationale une actrice si brillante.

+1
0
+1
0
+1
0
+1
0
+1
0
+1
0

2 réflexions sur “Confidences du diamant pur Alix Bénézech.

Laisser un commentaire