Laurence Lustyk et Jean-Philippe Bèche, la fine équipe de l’atelier casting au Festival Ecran Jeunesse

Nous vous avons présenté la semaine dernière l’atelier casting du festival Ecran Jeunesse vu par les jeunes. Aujourd’hui, intéressons nous aux animateurs de l’atelier : Laurence Lustyk et Jean-Philippe Bèche.

Laurence Lustyk est une grande directrice de casting qui a travaillé avec bons nombre de réalisateurs et Jean-Philippe Bèche joue au théâtre, sur le petit et grand écran. Mais au-delà de ça se sont des personnes très humaine, à l’écoute et aux petits soins pour les jeunes de l’atelier casting.

Ce duo de choc nous a accordé une interview juste à la fin de la dernière journée de l’atelier.

Bonjour Laurence et Jean-Philippe. 

Laurence et Jean-Philippe : Bonjour.

Merci beaucoup de répondre à nos questions.

Laurence : Avec grand plaisir vraiment.

C’est la 1ère édition du festival Ecran Jeunesse et vous venez de faire un atelier casting sur 3 jours ?

Laurence : Ah oui !

Jean-Philippe : Oh Oui (rires).

Laurence : C’était vraiment très agréable !

Jean-Philippe : C’est une très belle idée et une belle réalisation. On est très heureux du travail, des candidats, des élèves… Non ce ne sont pas des élèves mais des jeunes qui spontanément ont répondu à la candidature et à l’idée lancée par Laurence Lustyk et Christian Cappe. On est magnifiquement accueilli et c’est un très très beau travail.

Laurence :J’ai été absolument ravie de découvrir ces jeunes qui ont énormément de talent. A Paris, de temps en temps, j’organise des ateliers castings pour des professionnels. Et il y a énormément de demande vu que pas mal de comédiens font du théâtre et n’ont pas la chance de passer, si je puis dire, par la case casting. L’entraînement casting est quelque chose qui intéresse beaucoup et ça leur permet aussi de rencontrer les différents directeurs de casting. J’ai pensé que l’atelier casting pourrait intéresser de futurs talents.

A la base, au programme ce n’était pas prévu ? 

Jean-Philippe : Non, c’est une idée totalement spontanée qui s’est mis en place en quelques jours. Comme les belles idées souvent ça explose boum ! Et tout le monde a répondu formidablement présent à l’appel dès que l’idée a été lancée. Il y a eu évidemment énormément de demande, plein de mômes super.

Laurence : Les jeunes ont de 9 ans à 15 ans. Ce qui s’est passé aussi, le premier jour, c’est que nous avions préparé des scènes. On avait 4 textes très différents. Plusieurs jeunes sont venus pensant qu’il y avait un casting pour un film. On leur a expliqué que non que c’était juste un atelier casting. Ils ne pouvaient pas revenir donc ça a diminuer le nombre de participant. Et puis hier Jean-Philippe a fait répéter un certain nombre de jeunes. Et aujourd’hui il y a des jeunes qui ne sont pas venus. Ils ont dû avoir un petit peur.

Un peu peur de la caméra ?

Laurence : Oui je pense. C’est normal.

Jean-Philippe : La sélection se fait normalement et naturellement parce que surtout ils ne faut forcer personne. Il faut avoir une véritable envie de le faire. C’était bien parce que la difficulté était une contrainte de planning. C’est à dire que nous le premier jour on distribuait les textes, on leur faisait choisir le texte…

Laurence : En fonction de leur âge.

Jean-Philippe : Oui , en fonction de leur âge

Vous les guidiez ?

Jean-Philippe : voilà ils avaient un choix de 4 textes. Le premier jour il choisissez leur textes. Ensuite on leur proposait de l’apprendre chez eux. Le deuxième je les prenais en atelier pour les coacher, les faire répéter et travailler. Et le troisième ils rencontraient Laurence Lustik, directrice de casting, pour passer leurs vrais essais professionnels. C’est vrai que cela demandait une contrainte de temps sur 3 jours.

Laurence : Oui c’est vrai.

Jean-Philippe : Une sélection s’est faite aussi naturellement par leur possibilité d’être présent toute la durée de l’atelier.

Laurence : La disponibilité des parents évidemment.

Jean-Philippe : Mais c’est très bien, parce que ça demande une vraie motivation. Cela montre l’importante motivation de ceux qui étaient là aujourd’hui pour passer les essais.

Laurence : Ils étaient très motivés. Je les ai trouvé épatant. Ils ont remarquablement bien appris les textes, mieux que des pros (rires collégiaux) !

Vraiment ? 

Laurence : Oui, c’est vrai.

Jean-Philippe : Tu as raison de le dire. Ils étaient surprenants.

Ils étaient engagés, investit, volontaire… 

Jean-Philippe : Exact, appliqués aussi.

Laurence : Et à l’écoute. Ils avaient envie d’être bons.

Jean-Philippe : On les a rarement repris pour un problème de texte. C’était incroyable ! Les textes étaient su, rubis sur l’ongle. Ils nous ont étonnés.

Les participants à l’atelier nous ont dit que le deuxième jour pour la préparation c’était très fort et que ça leur demandait beaucoup d’eux. C’est comme ça quand vous montez sur scène et préparez une pièce de théâtre ? 

Jean-Philippe : On a pas tout le temps cette chance. C’est vrai qu’au théâtre on a beaucoup de préparation et le temps de travailler avec le metteur en scène, c’est formidable. Avant on avait un peu plus de temps, mais maintenant avec les contraintes financières c’est moins. On a quand même 1 mois pour chercher, prendre des pistes, essayer, se planter. On a droit aux erreurs pendant les répétitions et c’est comme ça qu’on avance. C’est rare au cinéma et en télévision sur les castings d’avoir la chance d’être préparé.

Laurence : Moi j’aime bien les préparer et avoir du temps.

Jean-Philippe : Voilà, Laurence aime ça.

Laurence : J’aime avoir du temps et mettre les comédiens dans les meilleures conditions possible. Je ne ferais jamais un casting du jour au lendemain.

Jean-Philippe : Oui pour se donner toutes les chances possible. Sur certains tournages, j’ai rarement compris qu’une fois qu’on est engagé, très bien, on a signé le contrat et on se retrouve un moins après : “Bonjour”. Mais on n’a fait aucune phase de préparation avec le réalisateur. On a pas parlé du personnage. On va trop vite maintenant en télé. C’est vrai que ce travail qui est fait par Laurence est formidable. Cela demande une implication des comédiens mais cette implication c’est ce qu’on va leur demander sur le tournage. Si on est pas impliqué, ça ne marche pas.

Cet atelier a été pour vous une transmission ?

Jean-Philippe : Oui, très forte. bien sûr et c’est hyper important. J’aurais rêver gamin d’avoir une Laurence Lustyk qui me dirige.

Je signe aussi (rires collégiaux). 

Laurence : Oh c’est gentil.

Jean-Philippe : Pouvoir jouer “Le Petit prince” comme Antonin et Aurélien. Et là qu’on me dise : “Ah tu vas recommencer parce que là tu n’as pas été en phase et tout. Et le renard tu comprends”.

Laurence : Mais moi, je suis incapable de passer devant (rires collégiaux).

Sérieusement, vous ne voulez pas être devant la caméra ? 

Laurence : Je ne veux pas ! On m’avait proposé et je n’ai jamais voulu. J’ai dit non ! Vous savez pourquoi j’ai dit non ? Parce que je n’aurais pas supporté qu’on me dise non.

Ah, la peur de l’échec ?

Laurence : Oui, la peur de l’échec. Je n’aurais pas supporté et puis je suis très bien derrière. Cela me convient parfaitement, vraiment.

Aujourd’hui c’était un peu l’aboutissement de ces trois jours. Avec une petite préparation pour se familiariser avec la caméra et la réalisation.

Laurence : Oui, ils avaient peur. La caméra fait peur parce qu’on est seul.

Je suis d’accord (rires collégiaux).

Laurence: Je les comprends aussi.

Jean-Philippe : Très belle expérience, nous, on est ravis.

Laurence : Vraiment enchantée.

Jean-Philippe : En plus, il va y avoir un petit palmarès.

Présentation de l’atelier et des lauréats à la cérémonie de clôture ?

Jean-Philippe : Oui, tout le monde est invité avec sa famille. Ils sont très excités d’y participer. C’est une formidable idée.

Oh oui, ils sont heureux. Il y en a même un qui m’a dit : “C’est un privilège”.

Laurence et Jean-Philippe : Ah oui ?

Oui, et il a ajouté : “Je ne veux pas me vanter, mais c’est un privilège d’aller à la cérémonie de clôture”. Et c’est signé Antonin.

Laurence : Ah Antonin (rires collégiaux). C’est un petit personnage.

Jean-Philippe : Il est incroyable. On avait des personnalités.

Vous aviez un florilège de personnalités ?

Laurence : Des grosses personnalités et ils étaient très très déterminés.

Jean-Philippe : A refaire !

Comment fait-on pour choisir 3 personnes sur les 7 participants ?

Laurence : C’est difficile. J’ai envie de vous dire qu’il y a quand même une personne qui s’est un peu détachée et qui était déjà assez étonnante.

Jean-Philippe : C’est un arrache coeur parce qu’après on est toujours obligé d’en sélectionner, on  ne peut pas mettre les 7 prestations.

Laurence : Malheureusement, c’est toujours comme ça sur les films.

Jean-Philippe : Tout le monde a été très bon et ça on va leur dire. Enfin on leur a déjà dit mais on leur redira à la cérémonie.

Laurence : Mais c’est une formidable expérience, j’ai hâte de retrouver Lourdes pour la deuxième édition du festival Ecran Jeunesse.

Vous signez direct ?

Jean-philippe : Oh oui.

Laurence : Je signe tout de suite.

On prend rendez-vous pour l’année prochaine pour un nouvel atelier casting ?

Jean-Philippe : Ça marche Vanessa, c’est top.

Laurence : Avec grand plaisir et avec Christian Cappe que je connais depuis des années.

Avant de nous quitter, est-ce que vous auriez un message à passer ?

Jean-Philippe : Oui, un message d’espoir, évidemment. Un festival dédié à la jeunesse aujourd’hui, on ne peut pas faire passer meilleur message. La jeunesse c’est l’avenir de demain. C’est du sang neuf. Découvrir un vivier de talents à Lourdes pendant l’atelier casting, c’est formidable. C’est un véritable message d’espoir qui fait du bien.

Laurence : Oui on en a besoin.

Merci beaucoup en tout cas.

Laurence : Oh mais, merci !

Merci pour l’implication, pour cette passion que vous avez transmises aux jeunes. C’était incroyable.

Jean-Philippe : Merci beaucoup.

Laurence : Mais si on a pas la passion on ne pas faire ces métiers là. Portez-vous tous bien.

Jean-Philippe : Enorme partage et prenez soin de vous, on se retrouve vite.

Laurence : Très vite !

Un atelier casting qui a tenu toutes ces promesses tout au long des trois jours et qui pour la dernière journée était très forte en émotion. Laurence et Jean-Philippe ont donné beaucoup d’eux avec plaisir et ont dû faire un choix des 3 Lauréats.

En troisième, il ont salué le jeu d’Aurélien qui s’était investi dans l’atelier en donnant les répliques à pratiquement tout ses camarades. Voici son interprétation du Renard dans “Le Petit prince”.

En deuxième, c’est Zoé qui a fait une très belle interprétation du personnage d’Hermione Granger dans “Harry Potter à l’école des sorciers”.

Et c’est Margaux qui est en première position. Elle nous a fait aussi une forte impression dans son rôle de Bella dans “Twilight”.

Félicitations à tous les participants de l’atelier casting et merci à eux ainsi qu’à Laurence Lustyk et Jean-Philippe Bèche de nous avoir permis de partager les coulisses de l’atelier.

En attendant la seconde édition, on continue notre retour sur le festival Ecran Jeunesse tout au long de cette semaine et la semaine prochaine aussi. C’est que nos 4 jours à Lourdes ont été bien rempli et fort en rencontre et en partage. Et si vous voulez suivre l’équipe du festival, rendez-vous sur le site Ecran Jeunesse et les réseaux sociaux comme FB.

Please follow and like us:
Pin Share
+1
0
+1
0
+1
0
+1
0
+1
0
+1
0

Laisser un commentaire