Un Tarnais au grand coeur: Nicolas Petit.

nicoC’est lors d’un concert en toute intimité, au cinéma de Castres, en avril dernier, que Gaëlle, votre rédactrice en chef et son photographe, Christophe Harter, ont eu le plaisir de découvrir Nicolas Petit.

Véritable coup de cœur, il est pour le Web Toulousain un artiste du moment.

Celui-ci a accepté de répondre à nos questions.

Nicolas, on ne te connaît pas encore… Qui se cache derrière cette magnifique voix ?

Je suis Tarnais, j’ai 22ans et je suis chanteur depuis 7 ans (et intermittent du spectacle depuis 3ans). Je fais parti de diverses formations, ce qui me permet de vivre de ma passion. A ce jour, j’évolue avec l’Orchestre Les Méditerranéens, le Groupe Razpop, et parallèlement je travaille sur mes propres compositions.

Que représente la musique pour toi?

La musique m’a toujours attiré, même si, lors de mes jeunes années, j’étais vraiment omnibulé par le sport. La musique a été une révélation pour moi lors de mon adolescence, au collège, lorsqu’une de mes professeures a monté un spectacle et qu’elle m’a demandé d’interpréter un des rôles principaux.
Après ça, j’ai commencé à participer à des concours de chant et j’ai finalement abandonné la compétition pour laisser à ce qui s’était imposé finalement comme une évidence : la musique.

Tu n’es pas uniquement chanteur, tu écrits aussi tes morceaux : Quelles sont tes influences ?

 Elles sont nombreuses et multiples, cependant certaines ressortent plus que d’autres. J’admire beaucoup Jean Louis Aubert pour ses magnifiques textes, je suis un grand fan de rock anglais et de ses groupes fétiches tel que Coldplay ou Muse, mais mon idole reste incontestablement Calogero.

La musique de tes chansons et très souvent composée par Micael Crouzet, comment l’as-tu rencontré ? En quoi cette rencontre a-t-elle été décisive ? 

J’ai rencontré Micael en 2007. J’enchainais les concours de chant et mon petit frère prenait des cours de guitare avec lui. Il possédait déjà à cette époque un studio d’enregistrement, et j’avais besoin d’une maquette pour participer à un radio crochet, je suis allé le voir timidement, il a accepté très gentiment. Le courant est bien passé entre nous, on s’est lié d’amitié et on a commencé à travailler ensemble.

De là est né ton premier album ?

 Oui, nous avons sorti en autoproduction en 2009, mon premier album Paradoxal. Mais, aujourd’hui l’album est devenu obsolète. J’ai évolué, tout comme les sonorités de mes chansons. Les arrangements et les mixages sont beaucoup plus peaufinés et moins brut. Mais cet album a quand même eu comme conséquence positive de me permettre d’intégrer des formations  professionnelles et de faire du bal.  

Après Paradoxal, tu as fait un cd deux titres ? Pourquoi ?

Je vivais une période de ma vie complexe, j’ai ouvert les yeux sur pas mal de choses, et de toutes ces désillusions ont émergés deux chansons. On a pris le temps de peaufiner chaque détail pendant un an, et on a d’ailleurs tourné deux clips pour illustrer ces dernières, et ce cd a vu naître le EH Project, comme on le nomme entre nous.

Présente nous ce concept ?

En fait c’est vraiment un projet convivial, une bande de potes ! Nous sommes cinq sur scène et ils sont deux à la technique. C’est une vraie équipe, chacun amène sa créativité au sein du collectif et ce qui nous fait avancer ! Nous avons actuellement une dizaine de chansons et nous espérons en écrire encore quelques-unes. En Octobre prochain, en autoproduction une nouvelle fois, nous allons enregistrer toutes ces chansons qui figureront sur mon prochain album, qui je l’espère, sortira courant 2015. Le premier single de cet album, « Sans foi ni loi », est déjà disponible sur toutes les plateformes de téléchargement légal. Ce titre est un peu spécial car pour une fois je suis seulement interprète contrairement au reste de l’album écrit en binôme avec Micael.  

Nous espérons revoir ce jeune artiste prometteur prochainement sur scène. Le WebToulousain souhaite bon vent à cet amoureux de la chanson française.

 

 

 

 

Please follow and like us:
Pin Share
+1
0
+1
0
+1
0
+1
0
+1
0
+1
0

Laisser un commentaire